LE NOIR TE VA SI BIEN (reprise 2003)

noir 1 noir 2 noir 3 noir 4 noir 5 noir 6 noir 8 noir 7De Jean Marsan

Mise en scène de Claude Dominique

Avec: Isabelle Fouyn, Jean-Pol Goies, Katia van de Gaer, Jean-Pascal Manise, Paquita Pino, Charles Raskin, Guy Stenier et Sandy Trigaux

John et Lucie sont des prédateurs : chacun de son côté s’est marié de nombreuses fois, et tous les richissimes conjoints sont rapidement décédés. L’inspecteur Campbell, de Scotland Yard, las de courir après eux sans pouvoir obtenir la moindre preuve de culpabilité, s’est arrangé pour les réunir dans le manoir appartenant à la sœur de Lucie. En les présentant l’un à l’autre, il espère les faire convoler en justes noces. La police espère ainsi assister au massacre et ramasser ce qui en restera…

Spectacle joué à la Salle des Aubépine de Perwez en novembre 2003

 La Presse en a parlé:

LE SOIR

Perwez – Le Grenier a 20 ans Le rire va si bien à Monsieur le curé

SONON,CHRISTIAN

Vendredi 21 novembre 2003

Perwez – Le Grenier a 20 ans

Le rire va si bien à Monsieur le curé ENTRETIEN

CHRISTIAN SONON

Dès ce vendredi 21 novembre et jusqu’au dimanche 7 décembre, la Compagnie du Grenier fêtera ses vingt ans en reprenant « Le noir te va si bien » (1), une joyeuse farce signée Jean Marsan qui avait déjà salué le dixième anniversaire de la troupe. Parmi ces comédiens amateurs de talent, Guy Stenier, le curé de Malèves-Sainte-Marie, n’est jamais le dernier à faire rire.

Comment votre troupe a-t-elle vu le jour ?

Elle est née en 1983 du désir de plusieurs personnes, dont Jean-Pol Goeis, un instituteur passionné de théâtre qui est toujours présent aujourd’hui, de monter des spectacles. Le déclic s’est fait ici, à Malèves, lors de l’anniversaire de Claude Dominique, un comédien professionnel devenu pilier du théâtre du Parc à Bruxelles, qui a aussitôt accepté de nous mettre en scène.

Pourquoi le « Grenier » ?

Parce que nous avons commencé à répéter chez moi, dans le grenier du presbytère.Depuis 1998, nous sommes accueillis par l’École Jean-Paul II. Tous les deux ans, nous montons à l’église de Malèves un spectacle plus sérieux et plus classique, plus ambitieux aussi. Nous y avons joué « L’alouette », « Marie Stuart » et « Les femmes savantes ».

Vous formez une troupe plutôt cosmopolite…

Nous sommes en effet une trentaine de personnes de profession et de milieu social différents, venant de Perwez ou de plus loin. Mais nous travaillons en parfaite harmonie et avons comme but premier de soigner l’accueil et de faire en sorte que le public passe une excellente soirée.

Que disent vos paroissiens quand ils vous voient jouer le rôle d’un médecin véreux ou d’un chanteur d’opéra farfelu ?

A l’exception de certains « pharisiens » qui ont tendance à voir du mal partout, cela les amuse de découvrir une autre facette de leur curé. Bien sûr, je ne jouerai pas n’importe quel rôle. Mais je trouve que c’est une expérience utile. Je me sens plus à l’aise dans mes contacts, mes sermons. Après tout, j’exerce un métier de communication…·

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*